Paul Laurendeau, linguiste, sociolinguiste, philosophe du langage

LAURENDEAU 1986A

RÉSUMÉ DE THÈSE
.
.
.

LAURENDEAU, P.(1986). Pour une linguistique dialectique – Éude de l’ancrage et de la parataxe énonciative en vernaculaire québécois, Thèse de doctorat nouveau régime, Université de Paris VII, 917 p. Directeur: Antoine Culioli.
.
.
.

A partir d’une critique du structuralisme, du logicisme et du pragmatisme en linguistique, ce travail cherche à exploiter les rapports qui s’établissent entre les acquis récents de la théorie des repérages énonciatifs de A. Culioli et de la logique naturelle de J. B. Grize d’une part, et, d’autre part, le cadre global du matérialisme dialectique.

Le problème empirique traité est celui de l’activité de parataxe dans un entretien sociolinguistique en français vernaculaire du Québec. On propose une description détaillée des opérations linguistiques impliquées dans une interaction énonciative du type:

.
.
.

énonciateur A : …BON, MAINTENANT a

énonciateur B : AH a ! BEN a r b…

.

.

Ce travail concret et local met en relief la nécessité d’une dialectisation de plus en plus poussée des concepts théoriques élaborés par la linguistique. On dégage, par exemple, que l’hypotaxe est au coeur de la parataxe, que la parataxe est au coeur de l’hypotaxe et on propose le concept dialectique d’anataxe pour rendre compte de ce phénomène.

Parallèlement à l’étude empirique, la constitution lente et graduelle de l’organon théorique amème à constater le besoin urgent d’une réflexion critique menant -sans éclectisme- à une sursomption (Aufhebung) des acquis de modèles linguistiques concurrents. Ainsi, par exemple, si la pratique langagière apparaît comme l’intrication constante d’une activité d’interaction (régulation) et de référenciation (représentation) entre des énonciateurs, on ne peut pas en réduire le résultat à une échelle argumentative (représentation métalinguistique réductrice de l’action finalisée d’un seul énonciateur) ni à un signifié formel ou à une valeur de vérité (représentations métalinguistiques fixistes d’une référence). On doit se donner une représentation théorique qui conserve, nie et dépasse les deux aspects antérieurement dégagés… quelque chose se rapprochant du domaine notionnel culiolien par exemple.

Se voulant finalement de portée programmatique, le travail se conclut sur douze thèses proposant une réorientation de l’étude du langage appréhendé à travers les langues naturelles, en cherchant à mettre à profit ce qu’il y a de vif et de théoriquement novateur dans ce cadre, déterminant pour les sciences humaines, qu’est le matérialisme dialectique.

%d blogueurs aiment cette page :